La logistique du futur, dans les moyennes et grosses villes, fait partie des principales préoccupations des élus et des citoyens. C’est cette organisation des transports, des villes, du mobilier urbain, des infrastructures, des déplacements de personnes, qui détermineront notre futur cadre de vie.

Nous constatons que de plus en plus d’experts et de chercheurs se penchent sur cette problématique afin de déterminer le nouveau visage de la logistique dans les 30 prochaines années.

La logistique en 2019

Ce que nous constatons aujourd’hui, c’est que nous opérons un virage dans les mentalités des citoyens et des élus sur la question des véhicules en ville. Ces véhicules génèrent de nombreux inconvénients comme la pollution en particules fines, le bruit constant et les problèmes de circulation. D’un autre côté, les citoyens veulent continuer de se déplacer toujours plus vite et être approvisionnés en marchandises.

En ce qui concerne les déplacements privés, les citoyens sont de plus en plus sollicités pour utiliser les transports en commun ou se déplacer à vélo. Des mesures, comme l’interdiction des déplacements sur certaines zones, ou encore l’interdiction des déplacements certains jours de pics de pollution, sont mis en oeuvre.

Pour les transports de marchandises et la livraison, nous constatons qu’il est difficile de faire cohabiter les camions et les véhicules légers ensemble sur les mêmes circuits. Causant bouchons et pics de pollution. De même que se pose le problème de la livraison de colis sur les derniers kilomètres.

La logistique du futur

Pour la logistique du futur, il faudra que les groupes logistiques, les consultants, les associations professionnelles, les collectivités territoriales et l’Etat se mettent autour de la table afin de trouver des synergies et ainsi optimiser les différents types de déplacements.

On constate, par exemple, que des hubs stationnaires sont à l’étude et à l’essai actuellement. Il sera possible de déposer son véhicule en amont des cœurs de villes (quelques kilomètres). Par conséquent, cela obligera les citoyens à utiliser les transports en commun, et même à se déplacer avec des moyens non polluants tels des vélos, les véhicules électriques pour réaliser les derniers kilomètres.

Idem pour les transports de marchandises : aux abords des villes, des plateformes logistiques sont à l’essai, ou en construction, afin de centraliser les dépôts de marchandises et ainsi éviter l’engorgement des centres villes. Il sera alors obligatoire, pour ces entreprises, de terminer les derniers kilomètres à parcourir par des moyens non polluants.

Voici un exemple de la logistique du futur selon Volvo Trucks avec son système VERA destiné au transport des marchandises.

Logistique Paris

Optimisation des déplacements

On le constate aujourd’hui, la logistique du futur passe par l’optimisation des déplacements autour des cœurs de villes, afin que les véhicules polluants ne puissent plus entrer dans les centres villes. De même, pour les citoyens qui devront abandonner leur véhicule sur un lieu adéquat.

Un nouveau visage de la logistique est en train de se dessiner pour le bonheur de tous. Saurons-nous relever ces défis ?